Mise à jour de la page Tombés au champ d'honneur service militaire

Le service militaire et la mobilisation générale
( page  en cours  de  réalisation )


Depuis mars 1928 la durée du service militaire est de un an mais en 1935 certaines classes seront amenées à faire 2 ans .L’incorporation est effectué en avril et en octobre de chaque année suite au recensement à la mairie lors de l’année des 20 ans des jeunes appelés. En 1939, les obligations militaires sont les suivantes : un an de service actif, 3 ans de disponibilité et 16 ans de réserves

Robert Bonnet, alors jeune nordiste de Waziers prés de Douai, a 20 ans en 1932.Il doit effectuer son service et le fait par devancement de l’appel le 15 octobre de la meme année .Il sera affecté à la compagnie d’Engins et de transmissions au 151eme RI de Metz.




Jean Caille, quant à lui né en 1913, rejoint Metz en octobre 1934 ou il sera affecté au 2ème bataillon. Un détachement du régiment l’attend ainsi que toutes les nouvelles recrues, sur le quai de la gare de Metz et les conduisent à la caserne Raffenel

la  compagnie d'accompagnement du 2éme bataillon







Pendant ce service, on y pratique de nombreuses corvées et exercices et on y apprend les exigences et les rudiments de la vie militaires .Les exercices de tirs , au fusil ,au canon, à la mitrailleuses suivent notamment de longues marches. On y apprend également à faire son lit au « carré » …

photographie  prise  lors  d'un  concours  de  tirs


On y célèbre aussi la traditionnelle fête du «père cent», celle ou le jeune appelé n’a plus que 100 jours à faire. Lors du service il n’est pas rare de se lier d’amitié avec d’autres jeunes de la même classe ou d’une même chambré. Robert Bonnet deviendra , pendant son service , ami avec Henri Spriet de Ronchin (qui sera affecté à la 7éme compagnie) nordiste comme lui. Jean Caille , quant à lui , se liera d’amitié avec Henri Bignault , rencontré lors d’un concours de tirs dont ils se classeront tous les deux dans les premières places.

  
               Henri Spriet                                                                                                        On fete Jeanne d 'Arc en 1937




  


4 PHOTO PERE CENT


En 1938 , certains appelés participeront à la fête du régiment qui se déroulera de juillet ou de nombreux stand seront installés .Le régiment y recevra également ses anciens de 14-18


 


 

La journée en caserne débute le matin à 7h ( en hiver ) et une heure plus tôt en été. Après avoir fait son lit au carré , fait sa toilette et pris son petit déjeuner , le départ en manœuvre s’effectue à 8h .Marche , réalisation de tranchée , enseignement théoriques sur les différentes armes avec le traditionnelle montage, démontage et entretien de celles-ci
La journée se termine au environ de 18h .Après le repas, les jeunes militaires ont quartiers libres jusque 21h .
 

La fin de semaine se termine le samedi midi et le quartier libre est de rigueur jusqu’au dimanche soir .
Seules les trois premières semaines du service sont particulières .Lors de l’arrivé dans la caserne, les jeunes militaires sont consignés pendant toute cette période

Pendant le service , des grandes manœuvres sont aussi pratiqués .Il s’agit de grands exercices dans les camps militaires avoisinants , notamment celui de Mourmelon ou Suippes .
Les grandes manœuvres durent plusieurs semaines .Elles s’effectuent avec les régiments composants la 42ème division à laquelle appartient le 151ème RI .

Robert Bonnet sera rayé des contrôles le 15 octobre 1933.Il sera rappelé pour différentes périodes de rappel en 1935, ou il sera nommé caporal, et en 1938 ou il sera nommé Sergent
Gérard Duboille , de la classe 1933, affecté à la 1éré compagnie puis la CHR , réalisera également une période de 21 jours qui durera finalement un mois

Vu la situation internationale, les premiers rappels des réservistes se font dés le 26 septembre 1938. Il s’en suivra une période de mobilisation.

   

Au vue de l’aggravation de la situation mondiale , les conscrits libérés en octobre 1938 sont rappelés en mars 1939.Certains appelées auront moins de chances .André Peigney , incorporé le 4 novembre 1938 au deuxième bataillon , ne rentrera pas chez lui avant le début de la guerre .Il sera blessé dés le début du conflit lors de l’entrée en Allemagne le 6 septembre 1939

En aout 1939 lors de la mobilisation Robert Bonnet et Jean Caille sont rappelés
Le 21 et le 27 aout 1939 , l’armée française réintègre respectivement 848 000 et 725 000 hommes
L’effectif est porté à 2 448 000 hommes à la veille de la mobilisation générale

Le 24 aout sont mise en place les affiches de mobilisation pour le 2 septembre 1939. Tous les hommes réservistes entre 20 et 48 ans sont appelés à rejoindre leurs unités d’affectations

Pour Jean Caille le départ est prévu le 26 aout. Cependant il ne partira que le 29 septembre et rejoindra son bataillon le 30 qui se trouve déjà dans le secteur de Creutzwald

Le régiment a déjà quitté ses casernes de Metz depuis le 23 à 4h du matin .Le colonel Thierry d’Argenlieu a reçu la veille à 14h et 18h30 les messages suivants «préparez vous incessamment à appliquer la mesure 21 » et «exécutez mesure 21 – heure H 22heures»
Le régiment rejoint ses cantonnements sur sa position de couverture qui se situe dans le secteur de Villers Stoncourt-Frécourt-Stoncourt –Pange- Maizeroy Chevillon

Le 25 aout , les sous lieutenant Aerts , Amos et Langlois sortant de l’école spéciale de Saint Cyr retrouvent le régiment.
Le 27 aout, la mesure 81 (couverture générale) est mise en application
Le 31 aout, le colonel Thierry d’Argenlieu qui menait le régiment jusque là est remplacé par le lieutenant colonel KUHNMUNCH .Le lendemain, le commandant Gerbaud arrive comme chef de l’état-major régimentaire et les réservistes (officiers et soldats) venant de Lerouville termine de rejoindre leurs compagnie



A 18h l’ordre de mobilisation générale est donné. Le premier jour de celle-ci sera le 2 septembre 1939


Top