cérémonie commemorative des combats du 09 et 10 juin 1940: 17 juin 2018 ( voir notre page agenda)

Une histoire de patrouille
Sous Lieutenant  Marcel  Beaurain - Sous  Lieutenant Lefèvre
20-21 novembre 1939


De septembre à décembre 39 de nombreuses patrouilles seront envoyés en avant des lignes pour observer ou capturer l’ennemi afin d’obtenir de nombreux renseignements

C’est ce qui fut fait ce jour la

Parti à  2 heures  du matin  de la ferme Dampont , une patrouille , composé de 2 groupes de 10 hommes avec à leurs têtes un sous officier , est commandé par le sous lieutenant Marcel BEAURAIN
Pour la nuit du 20 au 21 novembre , il a pour mission d’amener ses hommes jusqu’au village de Neunkirchen les Bouzonville .Sa patrouille devra au petit jour franchir les lignes , occuper le village et rester invisible .Au crépuscule après avoir mis se hommes en place en embuscade , il attendra que l’ennemi entre dans le village afin de les surprendre à leur retour

Après avoir parcouru le petit chemin de la ferme de Dampont jusque Colmen , la patrouille franchit à 5h30 le 20 novembre les lignes à 200 mètres au sud du moulin de Mulhgarten .Ils sont accompagnés du Capitaine Denefle ,avec ses hommes , protége leur sortie.

La  ferme  Dampont  et  le  petit  chemin    de  terre   que  la  patrouille  emprunte 


schéma  du  parcours  emprunté  par  la  patrouille  dessiné  par Marcel  Beaurain  


Ils partent sur la route et arrive sans encombre à l’entrée sud du village .Celui ci est désert
Un sergent et 3 hommes s’installent immédiatement à la sortie nord est du village afin de surveiller de la route de Schwerdorf à la cote 274 .
Les autres hommes s’installent dans l’église .Marcel Beaurain et 3 observateurs montent dans le clocher .Il est alors 6h15 .De cet endroit , ils ont un formidable point de vue

       
L'église  et  la  sortie  Nord  de  Neunkirchen


Ils observeront notamment les abris ennemis situé sur la 274 ou stationne des hommes , et ou se trouve également des guetteurs
Certains hommes arrivent le fusil en bandoulière , d’autres viennent avec des cartes et des jumelles pour observer
Au nord du Brauchwald , des hommes viennent pour construire un réseau de barbelés .Un peu plus loin sont aperçu 7 avions qui atterrissent puis reparte
Vers 13 h les hommes du clocher aperçoivent un homme recouvert d’une toile de tente accroupi au pied d’un pommier à 500 à 600 mètres du Rehndresch

A 15 h le sous lieutenant Beaurain envoie une patrouille vers le moulin du village mais ne donne aucun résultat

A 16 h l’embuscade commence à se mettre en place .Trois hommes vont renforcer les hommes installés à la sortie nord du village
Les voltigeurs font face à l’ennemi pour protéger les deux fusils mitrailleurs qui prennent en enfilade pour l’un la rue principale , et l’autre les deux chemins entourant l’église
Les FM doivent interdire le retour de l’ennemi s’introduisant dans le village aidé par les voltigeurs faisant barrage .Aucun ennemi ne sera aperçu jusqu’au départ de la patrouille


Plan  des  positions   des  hommes  du  groupe pour  l'embuscade  réalisé  par  Marcel  Beaurain

 

A 3h30 , l’ordre de retour est donné et la patrouille repart par le même itinéraire qu’elle est arrivé
Elle rejoint les lignes amies à 3h 50 en passant la barricade au sud de Colmen



Le même jour , le Sous Lieutenant Lefèvre de la 7éme compagnie également aura moins de chance
Commandant une patrouille , son groupe de 15 hommes part de Colmen à 5h20 en direction du la corne du bois du Rehndresch. Alors qu’ils viennent d’arriver à cet endroit , les éclaireurs du groupe signalent 5 hommes à la corne sud du bois
Un des 5 hommes part alors en courant en direction de SCHWERDORF en longeant la lisière puis un chien de transmission probablement partit en direction de la cote 274
Environ un quart d’heure après , le sous lieutenant Lefèvre entend des coups de sifflet provenant de l’intérieur du bois
Il fait alors rebrousser chemin à ses 15 hommes afin d’éviter d’être pris par surprise et l’installe à la corne sud du bois en poste d’écoute
Le groupe reste la environ une heure et un nombre important de camion sont entendu sur la route Schwerdorf – Cottendorf en arrière du bois
Un avion sera également entendu entrain de décoller sans pouvoir voir le lieu ou cela se passe

Le sous lieutenant Lefevre s’aperçoit alors qu’il se trouve avec son groupe sur une crête et il veut s’assurer que personne ne le contourne
Il part avec quelques hommes sur 150 ou 200 mètres et se trouve a la corne nord est du bois qui est perpendiculaire au chemin du moulin de Helten .De nombreux piquets sont plantés le long de cette lisière

Alors que l’officier poursuit avec ses hommes sa reconnaissance , dix ou quinze soldats allemands apparaissent à environ une vingtaine de mètres
Ils se dressent au niveau des taillis et commence à tirer

Le groupe de reconnaissance rejoint le reste des hommes qui est lui aussi au prise avec l’ennemi , qui est à cet endroit beaucoup plus nombreux

N’ayant que quinze hommes et craignant l’encerclement , le sous lieutenant Lefèvre ordonne le repli sous le feu ennemi qui s’effectue en bon ordre réussissant même à faire un blessé coté ennemi


Plan  réalisé  par  le  Sous  Lieutenant Lefèvre  et  montrant   les  trajets  empruntés  ainsi  que  les  difficultées  rencontrées

 

Une fois arrivé dans un endroit à l’abri des coups ennemi , l’officier demande un tir d’artillerie sur le carrefour tout proche afin de permettre en toute sécurité le repli des deux groupes de combats de l’adjudant chef Thiriet , placé la en protection
La patrouille rentrera ensuite à Colmen .L’estimation faite de l’ennemi a été estimé à environ une compagnie qui après avoir été alerté , a tendu une embuscade à la patrouille française

Ces patrouilles vaudront au Sous Lieutenant Marcel Beaurain et au Sous Lieutenant Lefévre une citation à l’ordre  la  brigade  en  date  du 4 décembre  1939






Top